Zum Inhalt
Version imprimable

Curia Vista - Objets parlementaires

11.3649 – Interpellation

Commandant de la brigade d'infanterie de montagne 9. Le Tessin bredouille?

Déposé par
Date de dépôt
16.06.2011
Déposé au
Conseil des Etats
Etat des délibérations
Liquidé
 

Texte déposé

Le commandant de la brigade d'infanterie de montagne 9, Stefano Mossi, quittera ses fonctions le 31 décembre 2011. Le DDPS a mis au concours son poste. Or, les compétences linguistiques exigées ne tiennent pas convenablement compte des particularités géographiques et culturelles d'une brigade dont le commandement est stationné à Bellinzone, puisqu'on demande aux candidats de maîtriser deux langues officielles et d'avoir de bonnes connaissances de l'anglais. J'invite donc le Conseil fédéral à répondre aux questions suivantes:

1. Pour quelles raisons l'annonce mentionne-t-elle explicitement l'anglais et pas une langue nationale?

2. Pour quelles raisons ne demande-t-on pas aux candidats de maîtriser l'italien?

3. Que pense-t-il faire pour que le commandement de la brigade d'infanterie de montagne 9 reste entre les mains d'un italophone?

4. Le département compétent aurait-il d'aventure déjà écarté un candidat originaire de la Suisse italienne?

5. Quels arguments le département oppose-t-il à ceux qui lui reprochent son imperméabilité inquiétante aux particularités socioculturelles de la Suisse italienne et aux prérogatives de cette communauté?

Réponse du Conseil fédéral du 17.08.2011

1. Dans le descriptif du poste de commandant de la brigade d'infanterie de montagne 9, la maîtrise de deux langues nationales figure comme condition. Dans le cas de cette brigade, l'italien et l'allemand sont nécessaires. En outre, le profil des exigences fixées pour les officiers généraux implique de bonnes connaissances de l'anglais. A l'avenir, le DDPS insistera explicitement, dans ses mises au concours, sur les connaissances essentielles que le futur commandant de la brigade d'infanterie de montagne 9 devra avoir en italien.

2. Pour occuper un poste de travail à Bellinzone, il est impératif de posséder des connaissances d'italien. Il n'a dès lors pas été considéré comme nécessaire de le mentionner explicitement dans l'annonce. A l'avenir également, le DDPS mentionnera spécialement cette exigence dans les mises au concours relatives à la fonction de commandant de la brigade d'infanterie de montagne 9.

3. Le Conseil fédéral tient en particulier à prendre équitablement en compte les minorités linguistiques dans l'occupation des postes de commandement importants. Lors de la sélection des candidats, leurs capacités sont examinées à la lumière de toutes les exigences requises pour la fonction considérée. La brigade d'infanterie de montagne 9 se compose de militaires italophones et germanophones. Le Conseil fédéral prendra tout particulièrement compte de cette circonstance dans l'occupation de ce commandement.

4. Le chef du DDPS n'a pas encore pris de décision à ce sujet. Toutes les candidatures répondant aux exigences vont être examinées. La maîtrise de l'italien fait partie de ces conditions impératives.

5. Comme indiqué dans la réponse 3, le Conseil fédéral et le DDPS accordent une grande importance à chacune des cultures que compte la Suisse. Ils sont conscients que l'attribution de cette fonction de commandement implique la prise en considération des données culturelles et linguistiques propres à la Suisse italienne.

 
 

Chronologie / procès-verbaux

Date Conseil  
27.09.2011CELiquidée.
 
 
Vous êtes ici: Le Parlement suisse > Recherche > Geschaefte