Zum Inhalt
Version imprimable

Curia Vista - Objets parlementaires

97.3022 – Interpellation urgente

Non au renvoi des réfugiés bosniaques

Déposé par
Date de dépôt
03.03.1997
Déposé au
Conseil national
Etat des délibérations
Liquidé
 

Texte déposé

Le 29 janvier 1997 le Conseil fédéral a confirmé la teneur de sa décision du 28 juin 1996, selon laquelle on pouvait exiger des personnes déplacées par la guerre de Bosnie, qu'elles rentrent dans leur pays. Les personnes seules et les couples sans enfants doivent quitter la Suisse au 30 avril 1997. Dans son communiqué de presse, le Conseil fédéral affirme vouloir "continuer de promouvoir le retour volontaire" mais laisse par ailleurs clairement entendre que "passé le délai, il sera procédé à l'exécution du renvoi, si nécessaire par la contrainte".

Si le Conseil fédéral ne prévoit pas de renvoyer les personnes concernées dans des zones où leur ethnie serait minoritaire, il attend des intéressés dont le domicile se trouverait dans une de ces régions, qu'ils trouvent un nouveau domicile en dehors de ce territoire.

Il existe actuellement de l'avis de plusieurs organisations humanitaires gouvernementales et non gouvernementales (HCR; Amnesty International, Human Rights Watch) des obstacles importants au retour chez elles de personnes déplacées par la guerre en Bosnie.

1. La sécurité physique des personnes renvoyées n'est pas assurée. Les mesures d'intimidation à l'encontre de ceux et cellesqui sont déjà rentrés et qui émanent aussi bien des forces de sécurité que de civils agissant dans l'indifférence de la police, sont bien réelles.

Une partie importante du territoire est encore recouverte de mines terrestres; les opérations de déminage prendront encore des mois voire des années avant qu'une certaine sécurité soit assurée.

2. Il n'existe pas, à l'heure actuelle, d'infrastructure suffisante pour accueillir de grandes quantités de personnes revenant d'exil. De très nombreuses maisons ont été rendues inhabitables par les combats et celles qui ont été préservées sont toutes occupées.

Les 10 000 logements reconstruits que mentionne le Conseil fédéral, le sont presque tous le long de la ligne de démarcation (IEBL). Les personnes sont ainsi placées sous la protection directe des forces de stabilisation internationale (SFOR) au futur plus qu'improbable. Sans même tenir compte des questions de propriété légitime, la distribution des quelques logements vides est, à l'heure actuelle, quasi insoluble.

3. Les accords de Dayton prévoient un droit au retour des personnes déplacées dans les villes d'où elles ont été chassées. Il n'est nulle part fait mention d'un retour possible en d'autres zones. Le HCR lui-même a interpellé le Conseil fédéral à ce propos et a marqué son opposition à un renvoi de personnes ailleurs que vers leur lieu de domicile.

Il nous apparaît dès lors tout à fait prématuré, au vu des conditions prévalant actuellement en Bosnie, d'y renvoyer de force des personnes déplacées. Ce d'autant plus que la presse de ces dernières semaines s'est souvent faite l'écho de nouvelles tensions et de la possibilité de reprise de combats.

Nous prions le Conseil fédéral de répondre aux questions suivantes:

Le Conseil fédéral est-il prêt à revenir sur sa décision du 29.01.1997 et de renoncer à tout renvoi forcé vers la Bosnie jusqu'à ce que la situation soit stabilisée dans ce pays?

De quelle manière le Conseil fédéral prévoit-il de garantir que les personnes bosniaques qui retournent dans leur pays puissent exercer leurs droits à la liberté d'établissement ainsi que les droits de propriété et au logement comme prescrits par les accords de Dayton? Est-ce que cette garantie prévue dans les accords de Dayton peut-elle être assurée dans le cas d'un établissement de force dans une région donnée?

 

Chronologie / procès-verbaux

DateConseil 
04.03.1997Transformée en question ordinaire urgente, voir no 97.1012
 
 
Vous êtes ici: Le Parlement suisse > Recherche > Geschaefte