​L’exposition «100 ans de proportionnelle»: vue d’ensemble

L’exposition a comme principal support des colonnes Morris, conçues pour accueillir des affiches et des annonces, qui constituaient un important moyen d’information dans l’espace public il y a une centaine d’années. Plongés dans cette époque grâce à ces colonnes installées à différents endroits dans le Palais du Parlement, les visiteurs découvrent les circonstances historiques ayant mené à l’introduction du scrutin proportionnel. La synthèse ci-après fournit une vue d’ensemble de l’exposition.

Entrée des visiteurs – la proportionnelle dans les cantons

Lorsqu’en 1919 le Conseil national est élu pour la première fois au scrutin proportionnel, ce dernier est déjà appliqué dans plusieurs cantons. Le canton du Tessin joue un rôle précurseur: son gouvernement et son Parlement sont élus à la proportionnelle depuis 1892 déjà.

Au Tessin, l’introduction du nouveau système électoral marque la fin de luttes de pouvoir politiques violentes. Dans cette partie de l’exposition, les visiteurs découvrent les circonstances dans lesquelles le Tessin a opté pour ce type de scrutin à la fin du XIXe siècle. Ils peuvent aussi apprendre, grâce à une présentation chronologique, à quel moment d’autres cantons sont passés du système majoritaire au système proportionnel pour l’élection de leur parlement.

Rez supérieur est – la vie en Suisse il y a cent ans

Il y a cent ans, la Première Guerre mondiale fait rage; elle va encore durer un an. Bien qu’elle ne soit pas directement impliquée, la Suisse est durement touchée. Le pays fait face à des pénuries de denrées alimentaires et de carburant. La classe ouvrière, en particulier, subit les prix élevés. Les gens sont en colère et descendent dans la rue.

Au moyen de statistiques, de faits et d’images historiques, cette partie de l’exposition met en lumière le quotidien de la population en 1918 et illustre le contexte dans lequel la votation sur le système proportionnel a eu lieu.

 

Une famille cherche des restes de charbon au Sihlquai, à Zurich. Image : Baugeschichtliches Archiv, Zurich

Entrée principale nord – la grève nationale de 1918

Lorsque le parti social-démocrate appelle à fêter le premier anniversaire de la Révolution d’Octobre russe à Zurich, le Conseil fédéral craint des actes de violence et décrète la levée des troupes. Le 12 novembre, un appel à la grève générale est suivi par environ 300 000 femmes et hommes à travers tout le pays.

L’exposition montre à quel point la situation était alors explosive et revient, au moyen de différents documents, sur une période où la Suisse se trouvait au bord de la guerre civile.

 

 
Source: Schweizerisches Sozialarchiv

Rez supérieur ouest – la Suisse pendant la Première Guerre mondiale

Après le déclenchement de la Première Guerre mondiale, le Conseil fédéral ordonne la mobilisation de l’armée suisse. L’Assemblée fédérale lui confère les pleins pouvoirs afin qu’il puisse maintenir l’indépendance et la neutralité du pays. Elle élit également Ulrich Wille comme général de l’armée. La Suisse réussit à rester en dehors du conflit. Les centaines de victimes répertoriées parmi les soldats mobilisés en Suisse ne sont pas liées à des opérations militaires, mais aux effets dévastateurs de la grippe espagnole. La fin de la guerre entraîne des bouleversements importants dans les pays voisins, alimentant aussi les craintes d’une révolution et d’une guerre civile en Suisse.

Le premier film sur l’armée suisse datant de 1918, qui peut être visionné à l’exposition, illustre la militarisation du pays pendant les années de guerre. Les visiteurs ont également la possibilité de voir des cartes postales de l’époque; celles-ci constituaient un moyen de communication important durant les longues périodes de service actif.

Premier étage ouest – le long chemin vers la loi introduisant le scrutin proportionnel

Les partisans d’une élection du Conseil national au scrutin proportionnel ont dû s’y reprendre à trois fois pour que leur proposition soit finalement acceptée. Après l’échec de deux projets en 1900 et 1910, une initiative populaire en ce sens est clairement acceptée par le peuple et les cantons le 13 octobre 1918. La première élection du Conseil national au système proportionnel a lieu à peine un an plus tard: en raison de l’atmosphère tendue régnant à la fin de la Première Guerre mondiale et de la grève générale, les grévistes demandent notamment un renouvellement immédiat du Conseil national au scrutin proportionnel.

Cette partie de l’exposition revient sur les trois initiatives populaires, et est également consacrée aux précurseurs du scrutin proportionnel. Des documents originaux sont exposés dans des vitrines: les visiteurs peuvent par exemple contempler la thèse d’Emil Klöti, d’une influence considérable, ou encore des bulletins de vote datant de 1919.

Représentation proportionnelle 1918/1919 (Bulletin officiel) PDF

Salle des pas perdus – la première élection

La première élection des membres du Conseil national au scrutin proportionnel a lieu le dimanche 26 octobre 1919. Il s’agit d’élections anticipées, car le mandat des membres du Parlement alors en place aurait dû s’achever en 1920. Près de 750 000 citoyens suisses participent aux élections, ce qui correspond à un taux de participation de plus de 80 %, un taux qui n’a, à ce jour, plus été égalé en Suisse.

Avec l’introduction du système de scrutin proportionnel, le paysage politique suisse connaît d’importants bouleversements. Outre des faits et des chiffres concernant le Parlement nouvellement élu, les visiteurs peuvent découvrir, dans la salle des pas perdus, des affiches de campagne de l’époque. 

 

Source: Schweizerisches Sozialarchiv

 

 

Source: Bibliothèque nationale suisse - Collection d'affiches


Premier étage est – scrutin majoritaire et scrutin proportionnel

Aujourd’hui, le Conseil national et le Conseil des États sont élus selon des procédures différentes: la plupart des députés du Conseil national sont élus au scrutin proportionnel, tandis que la majorité des membres du Conseil des États sont élus au système majoritaire.

Avec le système majoritaire, le mandat est attribué à la majorité, alors que la minorité n’obtient rien même si l’écart de voix est faible. Avec le système proportionnel, les mandats sont répartis entre la majorité et la minorité proportionnellement au nombre de voix qu’elles ont obtenues. À la différence du scrutin majoritaire, le scrutin proportionnel permet aussi aux petits partis d’entrer au Parlement, comme le révèle la composition des deux chambres: 15 partis sont actuellement représentés au Conseil national, tandis que seuls 6 partis siègent au Conseil des États.

Le système proportionnel n’est toutefois pas appliqué partout de la même façon: il en existe différentes déclinaisons. Dans cette partie de l’exposition, les méthodes de calcul Hagenbach-Bischoff et Pukelsheim sont comparées et illustrées par des extraits des débats des conseils.